Rétromobile, véhicules de collection : le marché passe la surmultipliée !

Rétromobile, véhicules de collection : le marché passe la surmultipliée !

Ferrari 275 GTB/4 vendue par Bonhams

Ferrari 275 GTB/4 vendue par Bonhams

 

2014, année des records !

240 véhicules vendus et 63 millions qui ont changé de main en 3 ventes : c’est le résultat un peu fou des 3 ventes qui ont eu lieu lors de Rétromobile 2014. Artcurial, RM Auction(pour une première) et Bonhams ont chacun pulvérisé les prix record obtenus par certains modèles, exemples :

– 548.300 € pour une SM Cabriolet Mylord

– 1.288.000 € pour une Porsche 904 (compétition)

– 1.960.000 € pour une Ferrari 750 Monza Spider (compétition)

– 2.218.330 € pour une Ferrari 275 GTB/4

– 2.550.000 € pour une Ferrari 166 MM (compétition)

– 3.696.000 € pour une Jaguar Type d « client » (compétition)

Nous en avons profité pour ajouter au tableau de notre article précédent les résultats de la vente :

 

Un phénomène de « bulle »?

Plus généralement les prix des véhicules de collection poursuivent leur hausse. Toutefois il faut distinguer 2 mouvements :

– les véhicules que l’on peut rattacher au « Top Index » HAGI, qui sont de véhicules exceptionnels. La hausse est de 238% depuis le 31/12/2008 soit un triplement des prix en 5 ans ! Ce secteur concerne certaines Ferrari, Maserati, Mercedes, Porsche, Aston Martin, Bentley ou Rolls Royce, et autres véhicules très rares.

les véhicules anciens plus courants, qui ont connu pour certains des hausses et pour certains une stagnation pendant des années et qui sont tirés par le mouvement aujourd’hui : (Porsche Classic, Mercedes 190 SL ou Pagode, Citroën SM, DS ou « Traction », Alpine Berlinette, Jaguar Type E…)

Cette hausse peut s’expliquer par l’arrivée de nouveaux acheteurs :

– dans les pays au passé industriel, il y a toujours eu des collectionneurs. La croissance du nombre d’évènements tant à démontrer qu’il y a de plus en plus d’amateurs. (Europe Continentale, GB, USA)

– de nouveaux acquéreurs viennent aussi de pays de l’Est ou du Moyen orient. Ils ont beaucoup de liquidités.

Mais comme nous le rappelions dans un précédent article* il y des signes incontestables de surchauffe des prix et d’exagérations**. Il semble normal que les prix montent suite à un afflux d’acheteurs dans marché où les objets sont en nombre limité. Toutefois certains modèles se trouvent de manière assez courante et il est possible, vu les prix atteints, d’en « reconstruire » autant. Et dans ce cas il semble que l’on en arrive à un phénomène de mode ou de bulle.

*Véhicules de collection la hausse continue

**le landaulet Mercedes 600 « sortie de grange » qui s’arrache à plus de 500K€ par exemple :

Mercedes 600 Landaulet

Mercedes 600 Landaulet

Revenir à des réflexes de base :

Pour éviter de perdre beaucoup en cas de présence d’une bulle il convient de respecter quelques règles :

investir dans un bien dans le seul but d’en tirer une plus-value s’appelle de la spéculation et présente un degré de risque élevé. Vous devez donc avoir une autre motivation que la plus-value avant d’acheter.

– le véhicule acheté doit être rare voir unique. Plusieurs moyens pour en arriver là : son état irréprochable, son très faible kilométrage, ses propriétaires précédents, son palmarès, le nombre d’exemplaires vendus, le fait qu’il soit conforme à l’origine (matching numbers) et enfin et surtout, la marque à laquelle il appartient…

le véhicule doit vous plaire. Si vous devez le garder longtemps, au moins vous aurez cette consolation…

Conclusion

Beaucoup d’ingrédients sont réunis pour penser que l’envolée des prix actuels est trop rapide pour continuer, toutefois, il faut tenir compte du fait que :

– le nombre d’acheteurs historiques pet encore augmenter.

– les pays émergents révèlent des ressources importantes de nouveaux acheteurs.

– les chinois ne sont toujours pas présent à l’achat du fait de l’interdiction pour eux d’importer des véhicules d’occasion sur leur territoire.

Alors, le jour où la Chine s’éveillera….

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Plus Partager sur LinkedIn