Construire sa retraite autrement

 

Construire sa retraite autrement

Exemple d'investissement pour la retraite

Anne-Louis Girodet (XVIIIe ‑ XIXe siècle) Les Funérailles d’Atala (1808)

 

Pour construire sa retraite autrement, nous allons aborder des conseils concernant certains actifs qui peuvent conjuguer passion, raison et investissement. Mais pour quelles raisons investir dans ce type d’actifs ?

– par plaisir et/ou par goût. C’est un préalable.

– par soucis de  diversification.

– pour obtenir une performance décorrélée des marchés financiers ou immobiliers.

– parce que la fiscalité peut être intéressante

– dans un but de transmission ou de construction d’une aventure familiale.

Le Vin

Pétrus : un placement retraite?

Préparer sa retraite différement !

Originaires de Bordeaux,  nous allons parler majoritairement des ces derniers. Toutefois les règles peuvent s’appliquer à d’autres régions viticoles à partir du moment où il existe un volume d’acheteurs suffisant. L’effet rareté provient bien sûr de la faiblesse des volumes produits mais aussi du déséquilibre de la demande qui doit être nettement supérieure à l’offre. (Exemple : La Grange des Pères blanc)

En suite, il faut être patient. Une partie de la valeur du vin provient du fait que, les années passant, le vin est bu (restauration, réceptions,…). C’est ce pourquoi il est fait. Plus il est bu, moins il y a de bouteilles sur le marché, donc les conditions se réunissent pour que la cote soit soutenue. Ce qui veut dire qu’un millésime « difficile » prendra plus de temps à être bu qu’un millésime équilibré ou agréable à boire.

Pour espérer  faire une plus-value, il convient de bien acheter. Souvent, c’est en primeur que l’on obtient le meilleur prix, mais pas toujours. En primeur, le vin est acheté alors qu’il est encore en barrique et le vin est livré 9 à 18 mois plus tard.  Le phénomène primeur s’étend à de nombreux terroirs (c’est confortable pour la trésorerie du producteur!).  Il convient de choisir des « premiers » crus sur les millésimes courants et les grands « seconds » sur les grands millésimes beaucoup plus chers.

Il convient de faire attention aux spéculations avec un exemple : les 2008 étaient meilleurs et sensiblement moins chers que les 2011 pour le vignoble bordelais. À ce titre les acheteurs de vins primeur du millésime 2011 pourraient avoir de mauvaises surprises ! Les 2012 qui ne devraient pas présenter de déconvenues de prix mais qui ne devraient générer que de faibles plus values. A propos, même si certains sites vous proposent les bouteilles à l’unité, préférez les caisses de 12 voire de 6 bouteilles. Au niveau des « contenants », les grands contenants (magnum, double-magnum et plus) sont plus sujets à une prise de valeur rapide.

Depuis quelques années, vous pouvez bénéficier de conseils de bon niveau dans un certain nombre de revues. Cela peut vous aider à faire votre choix. Toutefois il faut faire attention à certaines propriétés qui font de véritables « bêtes de concours » pour les journalistes et qui déçoivent par la suite. Pour le savoir,  il suffit de voir si le vin obtient, dans la même revue, la même note en primeur et lors de la mise définitive. En Pessac-Léognan par exemple Domaine de Chevalier est toujours mieux noté à la mise bouteille qu’en primeur. Un gage de confiance.

A Bordeaux, il semblerait que nous soyons à la veille de faire quelques bonnes affaires! En effet, les 3 derniers millésimes sont moins qualitatifs que 2008/2010. D’autre part 2013 se caractérise par de faibles volumes, et une qualité « très inégale ».

Et si le vin finissait pâr couter mmoins cher?

Indice Wine Decider sur 90 grands vins de Bordeaux

Il se pourrait qu’un certain nombre de propriétés soient amenées à liquider des stocks pour reconstituer leur trésorerie. Donc il faut se tenir prêt dans les 18 mois qui viennent pour des promotions qui pourraient se présenter. Cela peut également être l’occasion de monter un fond d’investissement avec un horizon 5 ans. Toutefois celui-ci nécessiterait des fonds de 1à 2M€ environ. Nous pourrions le monter avec des frais de structure assez légers et une rémunération sur la performance quasi-exclusivement. Si cela vous intéresse contactez-nous !

N’oubliez pas d’assurer votre cave ainsi constituée en gardant au minimum les preuves d’achat, mieux, après expertise.

 Enfin, si vous vous trouvez en phase de vente, nous pourrons vous aider à trouver des solutions astucieuses pour présenter vos vins à une large clientèle, tout en ayant  des frais contenus….

Les véhicules de collection

James Bond' car

Aston Martin DB5 Vantage : une icone !

La cote d’un certain nombre de véhicules prestigieux (voir indice HAGI) a connu une très forte progression ces dernières années. Il faut donc se montrer prudent. Toutefois nous pensons que pour les opportunistes et les passionnés il y a encore des affaires à faire et du plaisir à prendre.

La rareté 

C’est effectivement une lapalissade de dire cela mais toutefois il ne faut pas oublier cet aspect des choses. Un cabriolet « usine » DS sera toujours plus recherché que la berline, mains moins qu’un cabriolet Chapron. En restant dans la même marque on remarque que la SM, pourtant plus rare se négocie moins bien qu’une belle DS Pallas : une énigme, ou une incohérence qui ne demande qu’à être  corrigée.

Les deniers ou tout premiers modèles.

Il est évident qu’une des premières DS sorties d’usine (pour continuer sur cet exemple) aura un atout indéniable. Toutefois pour rester sur ce véhicule, les toutes dernières DS 23ie Pallas sont plus recherchées que les 21ie alors que les passionnés vous diront que la 21ie est plus agréable.

Pour prendre un autre exemple avec la Mercedes SL type R107.  Il existe sur le marché de belles 280SL, 350 SL voire 450 SL. Mais si l’on veut mettre toutes les chances de son côté, nous pensons qu’il vaut mieux acquérir un modèle 500 SL voire un des rares 560SL européennes.

Une Porsche précieuse

Porsche Carrera 2,7 l RS « queue de canard »

Les youngtimers ?

Sous ce nom barbare (en opposition aux « Oldtimers ») se cachent les modèles autour de 20/30 (voire 40) ans d’âge et futurs classiques (on voit des voitures des années 70/80 surtout). On peut citer certaines Porsche 911, certaines Mercedes, la Honda NSX, les Venturi, la BMW Z8, la Peugeot 205 T16 voire la première Golf GTI. Pour nombre de véhicules c’est un choix audacieux. Mais cela peut se révéler fructueux. En effet une 911 2,4 S a pu voir son prix doubler sur les 10 dernières années, et plus encore pour une 2,7 RS !

Conseils pratiques :

En résumé, ce sont des conseils de bon sens:

– privilégier les véhicules avec un historique limpide, preuves à l’appui.

– une restauration coûte cher, souvent plus cher que le prix de vente du véhicule une fois restauré. Sauf si vous êtes bricoleur de génie, abstenez-vous d’acheter une « bonne base de restauration »!

– choisir de préférence une provenance française, le cas échéant européenne.

– voir et essayer plusieurs exemplaires du modèle choisi permet de se faire une idée de la conduite, des atouts et des faiblesses du modèle

– se faire aider d’un expert ou au moins d’un habitué de la marque voire le possesseur du même modèle (que vous trouverez sur les forum concernant le véhicule concerné).

– sachez que toutes les enchères sont scrutées. Donc il n’est pas évident d’espérer une plus-value rapide à la sortie d’une enchère.

– après achat, faites expertiser et assurer le véhicule pour sa valeur d’expertise.

Les montres

De beaux objets de collection

Une très belle Breguet « phase de lune »

Il nous semble qu’il existe là aussi un marché qui devient de plus en plus liquide. Internet a permis un échange croissant d’information et les cotes gagnent en fiabilité. Le marché est accessible avec des modèles proches de 1.000€ mais aussi des modèles qui peuvent dépasser 100.000€. Un marché profond et large.

Toutefois, nous reviendrons sur cet actif grâce à l’aide d’un spécialiste du secteur pour vous donner des conseils adaptés.

Une montre est facilement négociable.  Depuis la création du Crédit Municipal (ou MaTante) ces objets ont très souvent été mis en gage, par exemple, preuve s’il en est de leur aspect « liquide ».

L’Art

Nous allons revenir très bientôt en détail sur cet actif « passion ». Constituer une petite collection demande de la patience et de la persévérance. Il faut savoir attendre tant pour acheter que pour vendre.

Quand l’art est une diversification a quelques milliers d’euros voire quelques dizaines de milliers d’euros, il faut limiter les risques et s’intéresser à des œuvres d’artistes reconnus, avec une cote établie et dont la mode est passée. Ce qui amène à ne s’intéresser qu’à des artistes qui ne sont plus de ce monde.

Dans ce domaine plus que tout autre, les enchères peuvent « marquer » une œuvre pour longtemps surtout si elle n’a pas été vendue. De plus, en dehors d’événements exceptionnels ou de peintre rares, un acheteur n’acceptera pas de payer une plus value de 25% en 2 ans. Si vous achetez aux enchères il connaîtra forcément votre prix d’achat grâce à internet. Prudence, donc.

Suite à vos achats, votre contrat d’assurance doit être revu, idéalement il doit être adapté à la spécificité  de votre patrimoine, surtout si les oeuvres acquises dépassent le prix de la maison. Pensez à sécuriser les accès à vos œuvres.

« Liquider » sa retraite

Vous l’avez compris : si vous avez besoin de cash à la retraite vous liquiderez vos actifs les uns après les autres. Pour les véhicules de collection ou les tableaux cela ravira les maisons de vente aux echères.

Vous aurez pu également transmettre « en douceur » ces actifs à vos enfants sur la durée.

Si vos collections sont suceptibles de prendre beaucoup de valeur, il existe différents moyens de les expoiter au mieux :

  • Société Civile
  • Fond de dotation ou Fondation
  • solutions apportées par le droit Anglo-Saxon ou la fiscalité etrangère

Nous espérons que ces quelques conseils vous seront utiles et sommes à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

 

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Plus Partager sur LinkedIn